La méditation de pleine conscience ne cesse de se développer en France, et avec elle, le nombre de « prof de méditation ». Cependant, comment savoir si l’enseignant a les capacités pour enseigner, alors qu’il n’y a pas à ce jour de diplôme reconnu par l’état ? Et est-ce que seule compte la formation ?

On vous explique…

 

stack of stones

De qui parle-t-on quand on dit « prof de méditation de pleine conscience » ?

Prof, enseignant, instructeur, guide, maître, gourou… autant de termes différents, reliés souvent à une « tradition ». Par exemple, on parle de Maître Zen.

En méditation de pleine conscience, le terme  commun le plus utilisé est le terme « instructeur ». Ce terme a été choisi lors de l’arrivée en France du premier programme basé sur la pleine conscience : le programme MBSR (Mindfulness-based Stress Reduction, ou réduction du stress basée sur la pleine conscience).

Grâce à ce programme MBSR que la méditation dite laïque a commencé son essor au début des années 1980 aux Etats-Unis avant d’arriver en France. On parle donc d’ « Instructeur MBSR »  (ou instructrice) pour les enseignant(e)s qui proposent ce programme.

NB : le mot instructeur sera utilisé pour faciliter la lecture dans la suite.

Ensuite, d’autres programmes ont émergés, et les noms se sont bâtis sur le même modèle (programme de 8 semaines) : instructeur MBCT, instructeur MBPM, instructeur MBCL, instructeur MBEeating…

Tous ces programmes (dont le nom commence par MB, comme Mindfulness-based-basé sur la pleine conscience), ont la même structure de base, et sont des adaptations du programme MBSR.

En conséquence, d’autres enseignants, par extension, se nomment « Instructeur de méditation », proposant de la méditation, mais en dehors du cadre des programmes MB cités ci-dessus.

méditation sur chaise jpg

Il est nécessaire de distinguer les instructeurs qui proposent les programmes MB, et les autres.

Les instructeurs des programmes « MB »

Deux cursus principaux existent : celui des instructeurs MBSR et des instructeurs MBCT.

En premier lieu, ces cursus de formation, longs et exigeants, sont basés sur l’apprentissage de la pédagogie spécifique des programmes MB.

Ensuite et surtout, ils constituent un approfondissement de la pratique de l’enseignant lui-même. Autrement dit, un enseignant est avant tout un pratiquant, et il « incarne » la pleine conscience.

3 organismes principaux forment les instructeurs en France et en Belgique.

  • l’association pour le développement de la mindfulness: ADM
  • l’université libre de Bruxelles: ULB
  • l’institut for mindfulness approaches: IMA France

A l’étranger, chaque pays possède ces structures de formation. Un formation, en dehors d’une pratique de longue date, dure au moins deux années.

L’association française des enseignants MBSR regroupe des instructeurs issus des 3 structures de formation.

L’ADM regroupe les instructeurs issus du cursus de formation qu’elle enseigne elle-même.

Pour trouver un instructeur MBSR qualifié, il suffit de se rendre sur les sites de ces associations.

Une organisation internationale valide le cursus de l’instructeur MBCT: il sera alors intégré dans le répertoire prévu à cet effet.

Pour les autres programmes MB, les instructeurs sont déjà instructeurs MBSR ou MBCT.

Les autres instructeurs

D’autres écoles, dans des contextes différents des programmes MB, forment leurs enseignants.

Donc, comment choisir mon prof de méditation ?

En fait, tout dépend de ce que vous souhaitez faire.

Les véritables programmes MBSR  ou programmes MBCT sont transmis par les instructeurs ayant suivi la formation adéquate et reconnue.

Certaines personnes, qui disent enseigner un programme de 8 semaines, voire un programme MBSR, n’ont en fait suivi aucune formation spécifique. Elles ont suivi un programme MBSR de 8 semaines, et malheureusement pensent pouvoir l’enseigner. Il ne s’agit pas là de dire que ce ne sont pas de bons enseignants ; simplement qu’ils ne transmettent pas le programme MBSR. Vérifiez donc le cursus de formation de votre instructeur.

Si vous souhaitez participer à des ateliers ou autres stages, en dehors du MBSR, il s’agit simplement de vérifier la formation de l’instructeur, ou la durée de sa pratique en tant que méditant.

De plus, au delà de la formation, la relation que vous aurez avec lui est primordiale. La pratique se transmet, il ne s’agit pas d’un enseignement « prof-élève ».  Par conséquent, trouvez une autre personne en qui vous aurez confiance pour vous guider!

En conclusion…

Vérifiez le cursus de votre instructeur, rencontrez-le, pratiquez avec lui… vous sentirez si c’est le bon !

Laisser un commentaire